ARTICLES




Art et métaphysique

Un principe absolu, générateur ?





Je peins d’une part parce que l’art ouvre des portes et me permet (du moins c’est mon souhait) de fréquenter des individus qui sortent un peu de l’ordinaire.
D’autre part, je peins pour essayer de sublimer mon âme et, peut être, trouver une raison … on va dire « métaphysique » … à notre existence.

Je suis athée. J’envie les gens qui ont le « réconfort » d’une religion.
Je crois que c’est un tort de se dire : « Quel est le sens de la vie ». J’ai tendance à penser qu’il n’y a pas de sens et que la vie progresse en tâtonnant, à l’aveugle, sans but précis, sans ligne directrice, sans conscience. Parfois ça marche, parfois ça ne marche pas.
Le fait que nous, les humains, soyons conscients ne signifie pas qu’il y ait une « conscience suprême ». Peut-être sommes-nous une sorte d’anomalie. Peut-être pas.

Les grands physiciens, quand ils ne sont pas religieux, versent dans le mystique. Les lois de l’univers sont là, presque parfaites, comme si elles avaient été pensées, conçues, réfléchies. Y a-t-il un principe absolu, générateur ?
Peut-on l’atteindre, le découvrir autrement que par la science (ou la religion) ? L’art ne nous aide-t-il pas à nous transcender ? Je ne parle pas de l’art pour « bobo », qui répond à des tendances et qui ne vaut pas tripette. Je parle par exemple d’une toile dans laquelle vous vous « retrouvez » et qui vous mène vers l’extase ou le divin. Une toile qui peut servir en gros de « catalyseur » ou de portail.

Je me pose des questions que beaucoup de gens se sont posées avant moi et que beaucoup de gens se poseront après moi, sans trouver de réelles réponses.
C’est frustrant.

Vous comprendrez pourquoi je n'ai pas beaucoup d'estime pour les individus qui vivent dans leur petit quotidien, avec leur petite 4x4 immaculée, leur petit iphone dernier cri, leur petite mesquinerie, sans jamais formuler la moindre pensée abstraite. Ils sont certainement plus heureux que moi, mais quelle précarité !

Donald Sheridan